Le crédit travaux : dans quels cas y avoir recours ?

 

Un propriétaire sera confronté au moins une fois dans sa vie à la nécessité de réaliser des travaux dans son habitat, qu’il s’agisse de travaux d’urgence ou de travaux d’aménagement. Si la nature des travaux relève d’un projet décidé un certain temps à l’avance, les propriétaires peuvent faire le choix de l’épargne accumulé au fil du temps (certains travaux sont même finançables avec un prêt épargne logement), ou alors faire une demande d’emprunt auprès de leur banque ou d’un établissement de crédit. Il sera question d’un prêt personnel affecté à la réalisation de travaux, ou tout simplement prêt travaux.

Exemple de gros travaux : le propriétaire d’une maison de ville souhaite totalement rénover la véranda qu’il trouve un peu vieillissante et mal isolée. Il fait appel à entrepreneur qui lui propose un devis détaillé qui s’élève à plus de 20.000€. Pour financer son projet, le propriétaire se rendra avec son devis à sa banque (la même qui lui a déjà accordé un prêt immobilier en cours de remboursement) et tentera d’obtenir un prêt supplémentaire, dans la limite de ses capacités à rembourser.

 

Le détail d’une offre de prêt travaux

 

Lorsque vous avez sous les yeux une offre préalable de crédit travaux, vous devez assimiler la signification de chaque terme.

Le montant maximal : c’est la somme qui est mise à votre disposition pour réaliser vos travaux. S’agissant d’un prêt personnel, il est possible d’utiliser les fonds pour réaliser soi-même les travaux et sans qu’il y ait besoin de fournir des factures ou des devis à l’organisme. Attention toutefois à ne pas sur-évaluer le montant total de vos travaux afin de ne pas être contraint à rembourser d’importantes mensualités.

La durée : c’est la période pendant laquelle votre crédit devra être remboursé. Plus le prêt travaux sera étalé sur une longue période et plus le taux d’intérêt sera important.

Les mensualités : c’est la somme fixe qui doit être remboursée chaque mois, jusqu’à la fin de l’échéancier. Le niveau de la mensualité dépend directement du montant et de la durée du crédit. C’est à l’emprunteur de calculer si ses revenus mensuels couvrent suffisamment le niveau de la mensualité. Certaines banques et organismes accordent des reports de mensualité une à deux fois par an en cas de difficultés provisoires.

Le TAEG fixe : c’est le taux qui permet de refléter le coût total du crédit. Il englobe le taux nominal et les frais de dossier. Le TAEG est l’indicateur permettant de comparer les offres de prêt des différents organismes, sur une même base de montant et de durée.

Le taux débiteur : c’est le taux (généralement fixe pour les prêts travaux) s’appliquant sur le montant total du capital emprunté sur une base annuelle.

Le coût total du crédit : c’est la somme que vous coûte votre crédit au final (en incluant les intérêts, frais annexes et taxes diverses).

L’assurance emprunteur : c’est l’assurance qui couvre vos remboursements en cas de coup dur lié à une perte d’emploi, un accident de travail, une invalidité permanente ou un décès. Bien que facultative, elle est systématiquement proposée dans l’offre de prêt et les établissements financiers n’hésitent pas à la recommander vivement.

Si vous recevez une réponse positive de financement mais que vous une offre plus avantageuse ailleurs, sachez que vous pouvez exercer légalement votre droit de rétractation de 14 jours.

 

Le prêt immobilier pour le financement des travaux importants

 

Si les travaux à réaliser nécessitent un budget plus conséquent, il peut-être préférable de se tourner vers un crédit immobilier plutôt qu’un prêt personnel. De plus en plus de personnes mettent de côté l’idée du déménagement pour investir plutôt dans l’amélioration ou l’agrandissement de leur bien. Le niveau assez bas des taux actuellement y est sans doute pour quelque chose. Cette solution a aussi pour avantage d’allonger la durée de l’emprunt. En revanche, un prêt immobilier impose à l’emprunteur de souscrire une assurance-invalidité et peut exiger des garanties sur le bien.

 

Les démarches administratives avant une demande de prêt travaux

 

Toutefois, avant de lancer les démarches financières, un propriétaire devra déterminer s’il a besoin ou non d’une autorisation administrative pour démarrer son chantier (permis de construire ou déclaration préalable de travaux). Pour se faire, il convient de se renseigner auprès de votre mairie qui vous indiquera quelles sont les règles d’urbanisme à respecter, notamment en ce qui concerne le voisinage.
Si vous souhaitez réaliser des travaux dans votre résidence principale en appartement, sachez qu’il est indispensable d’obtenir l’accord préalable de votre syndicat de copropriétaires (conformément aux règles de copropriété).